Accueil » Extraits » La dernière fugue

La dernière fugue

Souvent, ils descendent sur la plage, s’installent sur les rochers de la côte sauvage et regardent pendant des heures l’océan. Ils respirent à pleins poumons l’air marin iodé. Elsa touche le visage de Jean et lui rappelle qu’il existe, qu’il a une identité ; elle sait maintenant toutes les tortures qu’il cache à l’intérieur. Pour elle, c’est devenu l’être le plus important au monde. Ils reviennent apaisés du bord de mer. La jeune fille pense que cette sérénité ne durera pas, que la vie les rattrapera tous les deux.
Jean cache ses cicatrices comme un enfant à jamais blessé.
Les yeux d’Elsa gardent pour l’éternité la limpidité de deux perles noires.

Esquisses d’elles

Esquisses d’elles (Valérie Hervy)
Tempete-sur-la-cote-sauvage-de-la-presqu-ile-de-Quiberon

Peinture Roblo Artiste Peintre

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s