Accueil » Extraits » Le nuage de cendres

Le nuage de cendres

Le soir venu, la ville s’éteint. Ses lumières deviennent blafardes et clignotantes. Des silhouettes fatiguées et tremblotantes désertent les trottoirs. Le couvre-feu tombe comme une chape de plomb, laissant derrière lui silence et désolation. Certains quartiers offrent leurs murs béants et détruits à la pluie, au froid. Au milieu des gravats rôdent des chiens efflanqués aux dents acérées, à la recherche d’une maigre pitance. Des entrepôts déserts cernent la ville. Des grues menaçantes et désarticulées trouent le ciel noir chargé de nuages. Pendant la nuit, des bruits étranges déchirent parfois le silence. Grincements, plaintes, sirènes.

Esquisses d’elles

Esquisses d’elles (Valérie Hervy)

Peinture Frederick Childe HassamPeinture Frederick Childe Hassam

Publicités

2 réflexions sur “Le nuage de cendres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s