Accueil » Poésies » L’azur de ses prunelles

L’azur de ses prunelles

Dans le silence assourdissant du camp des réfugiés
Chacun cherche de l’eau pour se désaltérer
Des galettes insipides sont chichement distribuées

Les bagages s’entassent sous des tentes improvisées
Ils dorment sous le sable froid à la nuit tombée
Cherchant celui ou celle qui ne les a pas accompagné

Sous leurs semelles usées, le vent s’est engouffré
Les corps épuisés n’en peuvent plus de marcher
Ils se sont arrêtés là car on le leur a demandé

Ses cheveux blond d’ange sont emmêlés
Sa robe de princesse déchue est déchirée
L’azur de ses prunelles brille d’une inquiétante étrangeté

Quelles horreurs a t-elle du traverser ?
Comment peut-on comprendre cette enfance violée ?
Si l’innocence est perdue, qu’elle connaisse maintenant la liberté

4471186_3_861e_une-refugiee-yez07890feef805292c3f75237f1d777

Photo Agence Reuters. Youssef Boudlal

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s