Accueil » Rendez-vous d'écriture » Le rendez-vous d’écriture

Le rendez-vous d’écriture

 » Le chat est entré par la fenêtre et la nuit était calme.
– J’ai vu de la lumière, il a dit. T’étais en train d’écrire ?
– Non, j’ai dit. Je réfléchissais …  » Philippe Djian. 37°2 Le Matin

Au-delà de tous les articles ou livres qui donnent des conseils sur comment mieux écrire, comment élaborer un roman, je souhaite  partager avec vous quelques réflexions sur l’écriture, sur le processus créatif.
La séance d’écriture est une situation particulière, un moment entre parenthèses dans la vie quotidienne d’un sujet. Un rendez-vous particulier. La vie est là dans toute sa richesse et sa complexité.
Si l’écriture est la production d’un texte, beaucoup de choses se passent auparavant. Différentes forces entrent en jeu qui créent une dynamique créatrice. Ce processus est complexe et mystérieux. Si on le considère de l’intérieur, une production apparaît et sort du silence en partie terminée. C’est la même chose si on regarde de l’extérieur, on voit le texte apparaître mais dans les évènements qui l’ont précédé, qu’est-ce qui est important ?
Ce moment est une porte ouverte pour le sujet et ses potentialités créatives. L’acte d’écrire est le temps, l’espace de rencontre du sujet avec lui-même et avec le monde.
A chaque page écrite correspond un individu différent. La production, qu’elle soit sous forme de blog ou d’autres écrits, reflète une histoire personnelle. Souvent, d’ailleurs, elle révèle beaucoup plus que le sujet n’en sait de lui-même.
L’écriture s’entremêle à la vie et celui qui écrit cherche à se constituer avec son passé dans un devenir qui s’inscrit dans le présent.

rendez vous d'ecrit jpg

Publicités

13 réflexions sur “Le rendez-vous d’écriture

  1. J’aime beaucoup la dernière phrase… ca me fait penser à la réflexion de Saint Augustin sur le temps, passé, présent et avenir. Je suis allée la chercher sur internet et la voila :  » Or, ce qui devient évident et clair, c’est que le futur et le passé ne sont point ; et, rigoureusement, on ne saurait admettre ces trois temps : passé, présent et futur ; mais peut-être dira-t-on avec vérité : Il y a trois temps, le présent du passé, le présent du présent et le présent de l’avenir. Car ce triple mode de présence existe dans l’esprit ; je ne le vois pas ailleurs. Le présent du passé, c’est la mémoire ; le présent du présent, c’est l’attention actuelle ; le présent de l’avenir, c’est son attente. Si l’on m’accorde de l’entendre ainsi, je vois et je confesse trois temps ; et que l’on dise encore, par un abus de l’usage : Il y a trois temps, le passé, le présent et l’avenir ; qu’on le dise, peu m’importe ; je ne m’y oppose pas : j’y consens, pourvu qu’on entende ce qu’on dit, et que l’on ne pense point que l’avenir soit déjà, que le passé soit encore.

    Aimé par 1 personne

  2. Oh, allez, j’y vais de ma sauve philosophe avec Dédé, le philosophe médiatique, ainsi que mon héroïne Victoire Meldec, le qualifie… Et ce qu’il dit me semble tellement vrai, lorsque nous nous complaisons dans le passé qui n’existera jamais plus et rêvons du futur qui n’est pas encore, et n’adviendra peut-être jamais pour nous… Je laisse Dédé parler… « Que le passé ne soit plus, que l’avenir ne soit pas encore, ce n’est pas faux : c’est au contraire la stricte vérité, et même leur définition. Le vrai problème porte sur le présent. On a le sentiment qu’il est insaisissable, voire inexistant, parce que personne ne peut l’arrêter. Qu’on ne puisse pas l’arrêter, là encore, c’est très vrai. Mais cela ne veut pas dire qu’il n’existe pas ! Prenons l’instant présent : à peine l’ai-je évoqué que déjà il n’est plus. Soit. Mais qu’est-ce qui l’a remplacé ? Un autre instant présent ! Si bien que nous ne quittons jamais le présent : c’est toujours aujourd’hui, c’est toujours maintenant. Si nous ne pouvons saisir le présent, ce n’est pas parce qu’il nous fuit : c’est parce qu’il nous contient. Ce n’est pas parce qu’il n’est rien : c’est parce qu’il est tout. Comment la vague pourrait-elle saisir l’océan ? »
    J’aime beaucoup l’image de la vague…
    Ecrire et le processus de l’ébauche du récit tiennent pour moi de l’univers secret, être en face de l’autre, qui ne sait rien de ce que vous imaginez… 🙂

    J'aime

  3. Votre image de la vague est très belle.
    Écrire est un univers secret, difficile de l’appréhender. Mais, on peut essayer de pousser la porte.
    L’écriture comme toute activité humaine, nous entraîne dans les méandres de la vie, elle témoigne de la vie même si la création appartient au silence de celui qui crée.

    J'aime

    • Merci de votre commentaire. Dans ma démarche, ce qui m’intéresse n’est avant tout pas le pourquoi mais plutôt le comment. Qu’est ce qui se passe quand on écrit ?

      J'aime

  4. Je n’ai pas du tout ce rapport à l’écriture même si je comprends tout à fait ce processus. Il y a une période de maturation du sujet, et ensuite on en parle longuement avec ma sœur. Je pense que si notre rapport est si différent à l’écriture, c’est parce qu’on écrit à deux. Quand j’écris seule, le rapport à moi est très loin, beaucoup plus que quand on écrit à deux. Étrange quand on y pense.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s