Accueil » Poésies » A la terrasse d’un café

A la terrasse d’un café

Le vent marin iodé exhale un air pur et vivifiant
Les nuages peu à peu cachent le soleil qui s’enfuit
La rue piétonne s’anime avant la nuit tombante

Les passants s’attardent devant les étals bariolés
A la terrasse d’un café, voir défiler les visages
Sentiment de vide, de vacuité, spleen d’été

Sur une table, des jeunes pianotent sur leur portable
Concentrés, ils ne se regardent ni se parlent
Peut-être s’envoient-ils un message ?

Quand je sors de mon sac un carnet à spirale
L’un d’eux me regarde étonné, ahuri
Joie simple d’écrire sans logique et sans suite

L’impression d’être dans un autre temps
A la fois ailleurs et proche d’un monde d’images
Loin des écrans impersonnels qui emprisonnent

Se nourrir des mots comme d’une glace légère
La vie ici ne tient qu’à un écheveau de phrases
Une ligne tracée qui rejoint la mer et les nuages

Peinture terrasse du café le soir . Vincent Van Gogh

terrasse.Vincent van gogh jpg

Publicités

3 réflexions sur “A la terrasse d’un café

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s