Accueil » Poésies » Le silence

Le silence

Quand la lumière de l’aube se déploie
Écouter le silence du petit matin
La nature se défroisse, frissonnante
La bise réchauffe le tapis des feuilles mortes

Si le crépuscule noie toute vie
La chauve-souris traverse la nuit
Ses ailes légères se déploient sans bruit
Et volent, crissent dans le silence infini

Dans le café, ils sont assis à l’abri des regards
Elle sait se taire pour l’écouter
Ses mains parfois l’effleurent en parlant
Son silence plus fort que des mots le séduit

Écrire, confondre bruissement et félicité
Vivre dans une cathédrale de silence
Pour laisser courir des phrases sur le papier
Peindre ce que soi-même, on a tant de mal à démêler

Et si l’espace d’un instant qui sait durer longtemps
On éteignait tous nos jouets qui chuchotent
Pour retrouver le silence du jour, de la nuit, de l’amour, de la vie
Que l’on a peut-être perdu dans les froissements du bruit

 

Couple dans un bar parisien de Paul Almazy

couple dans un bar parisien

Publicités

3 réflexions sur “Le silence

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s