Accueil » Rendez-vous d'écriture » L’après écrire

L’après écrire

Une fois le geste d’écriture accompli, il semble que quelque chose soit fini et que quelque chose d’autre soit sur le point d’apparaître.
Ce quelque chose peut prendre différentes formes dans la séance d’écriture :
Après le travail extériorisé, la personne peut encore traiter le problème. D’autres perceptions émotionnelles apparaissent à la conscience et deviennent accessibles. Le geste d’écriture a installé un mouvement, et l’on suit ce mouvement. Ainsi, pour écrire, il faut déjà écrire. Ce qui vient à émerger appartient donc encore à « l’ici et maintenant » du rendez-vous d’écriture.

Ou la personne accepte la fin du processus créatif. Quand cesse le geste, la coulée d’écriture, elle a terminé son travail. Elle peut alors vérifier ou évaluer le texte créé. Des retouches d’une importance plus ou moins grandes sont alors entreprises. Passé l’écriture, la personne doit être capable de s’ouvrir sur autre chose, de retrouver l’espace et le temps. Mais, pour ce faire, tout doit avoir été écrit, intégré dans le processus .
La séance est alors terminée et l’activité créative peut attendre le prochain rendez-vous avec la page.
Pour certains, il est question d’un soulagement, d’une libération, d’un silence qui s’installe. D’autres éprouvent une angoisse, un doute, un vide.
Souvent, la tristesse enveloppe l’après écrire, car rien n’est plus triste qu’un lendemain d’écriture.
Pour effacer ce sentiment d’abandon, il faut alors retrouver l’espoir d’une nouvelle écriture.

 

le-bureau-ideal-de-l-ecrivain-14655642

Publicités

4 réflexions sur “L’après écrire

  1. Un peu de temps pour laisser s’effacer les traces de l’histoire précédente et mieux accueillir celle qui émerge. Et laisser glisser l’impatience de retrouver ce rendez-vous d’écrire pour savourer encore plus le plaisir d’être à écrire notre authentique.

    Aimé par 1 personne

  2. Merci Elisa. Oui, se laisser du temps.
    Il semble important de s’interrompre d’écrire pour vivre un évènement qu’il soit intérieur ou extérieur. Écrire suppose un certain recul par rapport à l’action. Il est nécessaire de prendre un peu de retard sur la vie ne fût-ce que d’un jour ou de quelques heures.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s