Accueil » Poésies » Un temple

Un temple

Une musique aseptisée vrille l’oreille, endort les passants hébétés
Les échoppes de nourriture dégoulinent, interpellent les ventres affamés
On cherche le sac à la mode, la dernière paire de chaussures pour frimer
Le nouveau portable sera emmurer dans un monde pour longtemps tapoter
Et si note âme s’était perdue à la recherche d’un bonheur factice, effréné
Dans un temple de la consommation où même les fleurs plastifiées sont égarées

Devant la mosquée ravagée, il déroule son tapis vers le lieu sacré
Dans l’église, elle se penche sereine chaque matin pour communier
En sortant du temple, il replace sa Kippa écoutant la cité s’éveiller
A Alep, Paris, Jérusalem, on va malgré tous les dangers encore prier
Car la foi indéfectible reste au centre de leur vie pour continuer
Dans le temple, un Dieu laisse passer pour eux la lumière de l’éternité

Une hirondelle en partance vers ailleurs, un arbre aux feuilles mordorées
La faune et la flore rappelle notre condition d’animal soi-disant cultivé
On cherche la paix sous des clairières lumineuses, dans l’écrin des vallées
Sur la plage déserte, nos empreintes de pas s’ancrent sur le sable mouillé
Pour laisser à loisir mon âme divaguer et mon imagination entre les doigts couler
La nature miraculeuse reste mon temple préféré que j’espère à jamais préservée

 

 

automne

Photo de la forêt de Brocéliande

Publicités

Une réflexion sur “Un temple

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s