Accueil » Lectures » Cul-de-sac d’Agnès Boucher

Cul-de-sac d’Agnès Boucher

Ma première lecture de l’année sera consacrée au roman policier d’Agnès Boucher : Cul-de-sac. Dans ce nouvel opus, on retrouve le commissaire Agnelli en prise avec une double enquête à la fois privée et professionnelle. Un meurtre secoue le milieu feutré des chasseurs de têtes. Et, Simon, son cadet, amoureux de Samia est menacé par les deux frères de la jeune Arabe un dealer et un apprenti djihadiste. Ces deux histoires sont menées en parallèle tout au long du roman avant de se confondre, de se rejoindre. On tombe vite sous le charme de ce policier, mystérieux, séduisant et surtout un incorruptible du 36 quai des Orfèvres. Il sait être un redoutable enquêteur et cacher des qualités humaines sous une pudeur toute masculine.
La famille, cette première cellule sociale, est au cœur du roman. Lieu des non dits, des secrets inavouables mais aussi des amours indéfectibles. Agnelli fera tout pour sauver son frère des griffes des deux Belkhacem. La famille du commissariat avec ses inspecteurs  animés par la même foi de justice. La famille des nantis, des chasseurs de têtes où le vice se dispute à la solitude et à la dérive de certains personnages. La famille de Samia écartelée entre l’obscurantisme d’un fils prêt à partir faire le Djihad et un autre trafiquant de drogue. Et, puis, il y a la famille plus éloignée, peut-être la plus chère à Agnelli, celle des amis,  ces héros déjà croisés dans les autres ouvrages.
Pour entrer dans Cul-de-sac, il est sans doute préférable de lire les précédents opus pour se familiariser avec les différents protagonistes. On aime dans les dialogues cette fluidité, cette précision qui les rendent particulièrement vivants. Agnès Boucher sait ficeler une intrigue, nous mener dans les entrelacs d’une enquête sombre mais qui se dévoilera à la fin. Pour les amateurs de polars, on éprouve un véritable plaisir à suivre cette histoire bien ancrée dans notre société. Cette société où se côtoient la perversion des plus riches et une violence soi-disant légitimée par la religion de certains.
On reverra le commissaire Agnelli. Il reste toujours mystérieux,  se dévoilant avec parcimonie. La lectrice que je suis s’attache à ce personnage complexe, à sa force et ses faiblesses. Au fil des pages, il s’approche et s’éloigne toujours sur ses gardes. Un héros que l’on aimerait moins solitaire mais terriblement humain.

 

 

 

cul-de-sac_1024x1024Cul-de-sac d’Agnès Boucher aux Editions Hélène Jacob

http://www.editionshj-store.com/products/cul-de-sac-agnes-boucher

Publicités

3 réflexions sur “Cul-de-sac d’Agnès Boucher

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s