Accueil » Poésies » Sept heures

Sept heures

S’extraire du lit pour commencer une nouvelle journée
Ne pas vouloir quitter les draps chauds et douillets

Ouvrir les volets et regarder le soleil déjà levé
Boire un café fort puis deux pour se réveiller

Vérifier le sac comme un automate bien réglé
Enrouler une écharpe pour affronter le matin glacé

Prendre le chemin comme un jour ordinaire
Et puis, non, ne pas y aller

Les oublier le temps d’une parenthèse enchantée
Ne pas être raisonnable, ne pas prévenir

Rouler vers la mer et sourire
Vivre un jour imprévu sans penser à demain

Oublier les réveils et les sept heures du matin

 

 

Peinture Aurore de Gilles Spinoza

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s