Accueil » Poésies » La fuite

La fuite

Vers les sous-bois, à travers la campagne à découvert
La flèche rousse court sans fin, sa fuite reste légère
Bredouilles, ils gardent leur fusil en bandoulière
Car le renard sait les berner pour retrouver sa tanière

Dans l’atelier, le peintre fatigué essuie ses pinceaux
La toile blanche attend rebelle, sourde à ses invocations
Il doit tracer le point de fuite pour créer son tableau
Cette ligne invisible traversant l’espace vers l’horizon

Si nous changions, bouleversions nos modes de pensées
Pour accueillir avec bienveillance ensemble les réfugiés
Leur fuite de survivants ne serait plus un enfer désespéré
Ils accosteraient en paix sur notre âme riche d’humanité

Sur la pente des âges, le temps ne suspend jamais son vol
Notre fuite en avant ressemble souvent à une course folle
Notre passé se mèle à notre silhouette voutée, implacable
Notre avenir est pavé de désirs lointains et improbables

Peut-être que ces instants tracés ont effacé le court présent
Peut-être que mon sourire s’est dessiné en fuite sur votre écran

 

 

Publicités

2 réflexions sur “La fuite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s