Tu seras ma beauté de Gwenaële Robert

Pour commencer, je remercie Mass Critique de Babelio et les Éditions Robert Laffont pour l’envoi de ce roman. « Tu seras ma beauté » raconte une très jolie histoire. À Saumur, Lisa, une professeure de sport au physique avantageux, souhaite séduire un auteur à succès croisé sur un salon. Pour arriver à ses fins, elle demande à une collègue de littérature, Irène, de lui écrire des lettres dans l’espoir de le rencontrer. Irène, jeune femme terne et effacée, férue de littérature et amoureuse des mots, va trouver dans cette correspondance une échappatoire à son ennui et plus encore. Personnage central, Irène devient la pierre angulaire de ce trio.
Un moment, en nostalgique des Liaisons dangereuses, j’ai attendu un roman épistolaire qui n’est pas venu. Il n’empêche, ce livre fourmille de références à la littérature. L’auteur dresse un portrait précis de son héroïne, Irène. On suit ses tourments, ses errements et sa douleur. Il se dégage de ce roman un charme suranné, une mélancolie qui transparaît à travers les mots et qui reflète si bien la mélancolie de l’héroïne. Dans cet univers provincial, balzacien, où l’ennui rythme le quotidien, la lecture des classiques puis l’échange épistolaire deviennent pour cette femme les seules raisons de vivre. Dans cette correspondance, s’écrit une passion amoureuse touchante et impossible. Car l’imposture volera en éclat quand elle sera en prise avec la réalité.
L’auteur sait fort bien sonder l’âme humaine et nous emmener dans les entrelacs des maux de son Irène. On souhaite la suivre jusqu’au dénouement prévisible sans doute même si un certain suspense reste entretenu dans les derniers chapitres. Car Irène devient la muse de son auteur. L’être de chair se métamorphose en être de papier. Et l’amour impossible se sublime, se cristallise dans la littérature. En refermant ce livre, je n’ai pu m’empêcher de penser en souriant qu’un lecteur, une lectrice est peut-être toujours la muse inconsciente d’un auteur. Comme un fil ténu et imaginaire qui se tisse entre celui qui écrit et celui qui le lira. Cette histoire, tout en délicatesse, qui ne reste qu’une histoire de mots.
« Tu seras ma beauté » est un roman pour les amoureux de la littérature. Pour ceux qui en connaissent ses joies et ses limites.
Pour terminer, je laisse les derniers mots à l’auteur :
« Et cette vérité, énoncée par lui, et qui devient certitude : la vie est la preuve que la littérature ne suffit pas. »

 

Tu seras ma Beauté de Gwenaële Robert aux Éditions Robert Laffont

Publicités

Lectures d’été

Comme l’été reste encore  à la page
A l’ombre d’un arbre ou sur la plage
Avec un livre, continuez votre voyage

 

Voici les derniers commentaires du Van :

 

J’ai beaucoup aimé cette lecture. L’histoire est originale, on parle rarement dans les romans, je trouve, de ces étrangers en situation irrégulière qui travaillent clandestinement en France et sont exploités par des employeurs sans scrupules, et des difficultés insurmontables que ces personnes rencontrent dans leur quotidien. Ici, Bojan est prêt à tout pour retrouver sa fille Milena – séquestrée à St Nazaire par un compatriote malhonnête et violent -, puis la ramener en Serbie. L’opération de sauvetage va se révéler plus compliquée que prévu…
Je me suis attachée aux personnages, dans leur diversité, chacun fait preuve de belles qualités humaines. Ils sont si sympathiques qu’on aimerait vraiment les rencontrer en chair et en os ! Bien que l’intrigue soit plutôt linéaire, elle est bien menée, et j’ai eu envie de lire jusqu’au bout pour connaître le dénouement de cette quête étrange et un peu folle.
Je recommande chaleureusement ce roman qui donne une belle leçon d’humanité et de solidarité.

Une histoire agréable à lire qui fait vivre ensemble différents personnages un peu malmenés par la vie, que rien ne prédestinait à se rencontrer, et qui vont se découvrir, s’apprécier, se soutenir et se compléter.
J’ai passé un bon moment avec ces personnages.

Dans ce roman, les personnages se montrent attachants malgré la situation. Ils font preuve de partage et de solidarité . On est vite embarqué avec eux dans l’histoire. L’écriture est fluide , on sent un vrai travail sur les mots. Le Van est un roman original qui révèle l’univers d’un auteur et un ton agréable.

Le Van et Esquisses d’elles sont disponibles au format papier et numérique aux Editions Hélène Jacob et sur d’autres sites.

Merci d’avance pour vos lectures, partages et commentaires.

Le Van (Valérie Hervy)

 

CIMG1201

 

Focus sur Esquisses d’elles

Pour le site Youboox, Esquisses d’elles est le focus de la semaine.
C’est avec plaisir que je vous retranscris cet avis de lecture :

Focus n°20 : Esquisses d’elles, de Valérie Hervy
Cela fait longtemps que nous voulions vous parler de ce livre. Or, quoi de mieux que le focus de la semaine pour mettre en avant une œuvre qui mérite d’être lue ! Cette semaine, plus qu’un recueil de nouvelles, nous vous parlons d’un kaléidoscope qui, par petites touches, esquisse des portraits de femmes.

Valérie Hervy est ici à la littérature ce qu’Almodovar est au cinéma
C’est l’histoire de Léa, Anna, Julia… des femmes qui cherchent toutes leur identité, fuient l’effervescence du monde pour mieux se retrouver. Au fil des pages, on rencontre Sara et son camion de toilettage canin pour les SDF, l’ombre inquiétante en face de l’appartement de Sacha ou l’infini du désert de Leïla… Pourtant si différentes, ces femmes vont voir leurs vies bouleversées par une personne, un objet, un moment bien précis… En bref, à travers ces 15 nouvelles nous découvrons des instants de vie, des destins authentiques et toujours émouvants.

Pourquoi on vous le recommande si chaudement ?
Toutes ces figures portent en elles une souffrance ou un manque que l’auteure a su exprimer avec justesse et sobriété. En effet, nulle trace de pathos dans ce livre, aucun moment pesant ou larmoyant. C’est justement ce minimalisme qui nous aspire. On comprend alors le vécu de ces femmes, jeunes filles ou fillettes si proches de nous, malgré leurs différentes trajectoires. En quelques pages, Valérie Hervy parvient à rendre ses personnages vivants et attachants. Cette plume légère mêlée à la puissance de ces histoires donne un résultat efficace, tout ne s’efface pas en refermant le livre bien au contraire : on continue à poser des questions, des regards sur ce qui nous entoure.

Un livre qui fait réfléchir autant qu’il émeut, avec beaucoup de justesse et de sensibilité.

http://blog.youboox.fr/post/145851097519/focus-n-20-esquisses-delles-de-val%C3%A9rie

Esquisses d’elles et Le Van sont disponible en lecture numérique sur Youboox

 

focus1280