Le Pont de St-Nazaire

La Loire, scintillant dans la lumière, s’ouvre à leur regard de chaque côté des balustrades. À droite, le fleuve s’élargit en vagues moutonnantes pour rejoindre l’océan dont on devine l’immensité.
À gauche, il se resserre en cours d’eau sinueux, charriant des flots plus sablonneux, pour remonter vers Nantes et l’horizon. Sur l’autre rive, ils découvrent le port et les chantiers navals où sont construits les derniers géants des mers. Entre les énormes grues jaunes, les échafaudages hauts comme des gratte-ciel, les ouvriers s’empressent, telles des centaines de fourmis travailleuses. Un paquebot rutilant, amarré, comme un monstre majestueux, semble presque prêt à accueillir les milliers de croisiéristes qui voyageront sur la ville flottante.
Sur les quais, à droite du pont, des dockers déchargent les cargaisons des ventres béants des céréaliers. Entre les piliers, l’affluence des bateaux pourrait étonner, ils sont des dizaines de tailles différentes à remonter la Loire ou à descendre vers l’océan. Sur cette autoroute ondulant au gré des vagues, on remarque la lenteur d’un plus gros navire accompagné d’un haleur.

Le Van aux Éditions Hélène Jacob :

http://www.editionshj-store.com/products/le-van-valerie-hervy

pont-st-nazaire-nuit

Publicités

La plage de Monsieur Hulot

La plage de Monsieur Hulot ressemble à une carte postale et chacun se souvient du film de Jacques Tati qui s’est déroulé ici dans les années 1950. À droite, l’Hôtel de la Plage rappelle le lieu du tournage. Même s’il lui manque sa pipe légendaire, la statue du célèbre personnage surplombe fièrement la crique. Des badauds prennent la pose à côté de la sculpture, en riant pour la photo.
Le petit groupe descend le chemin pentu, Isa et Bojan soutenant Germaine pour éviter toute chute. Un large parasol flambant neuf a été prévu pour se protéger du soleil et s’installer sur le sable. Avec la marée basse, la mer se retire peu à peu, laissant apparaître les traces brunes et vertes des algues et des galets polis par les flots. Le bruit des vagues, le cri des mouettes les bercent d’une mélodie apaisante. Des pêcheurs à pied, tenant des épuisettes, s’activent, infatigables, sur le rivage à la recherche de crevettes, d’autres, chaussés de bottes en caoutchouc, ramassent avec des seaux en plastique des berniques dans les rochers escarpés.

Le Van aux Éditions Hélène Jacob :

Le Van (Valérie Hervy)

 

Louis paul FallotJPG

Photographie Louis-Paul Fallot

Le Van

Après Esquisses d’elles, je suis heureuse de  vous présenter mon premier roman: Le Van.
Parce qu’un livre n’existe que grâce à ses lecteurs, merci pour vos partages, lectures et commentaires.

Le Van est un roman tendre et optimiste qui fait la part belle à l’entraide, l’amitié et l’espoir.
Ce voyage est pour vous.

Bojan, un paysan serbe, a dû quitter sa ferme des plaines de Vojvodine pour gagner Paris.
Travaillant au noir, il survit avec une dizaine de ses compatriotes.
Il est venu en France dans l’espoir de retrouver sa fille Milena, séquestrée par son compagnon dans une caravane dans la ville portuaire de Saint-Nazaire.
Pour la rejoindre, il achète et répare un vieux van trouvé dans une casse.
Seulement, il a besoin d’aide et d’argent pour espérer la sauver.
Pendant le braquage d’une supérette, le Serbe prend des otages qui vont l’assister dans sa fuite vers sa fille, vers l’océan.
Ainsi, il emmène Germaine, une vieille dame, Isa, une étudiante un peu désœuvrée et Simon, un jeune père avec son bébé. De Paris à Saint-Nazaire, leurs aventures vont les sortir de la solitude et les révéler à eux-mêmes.

Le van est disponible en format numérique et papier aux Éditions Hélène Jacob et sur d’autres sites vendeurs.

http://www.editionshj-store.com/products/le-van-valerie-hervy

Vous pouvez aussi commander un exemplaire chez votre libraire.

 

Le Van - couv_num - 25 pour 100