Canicule

Il touche les barreaux
Le fer lui brûle la peau
Il fuit le soleil assassin
Sa lumière est sans fin
Dans sa cellule, il attend
De pouvoir respirer doucement
Il espère qu’on ne l’a pas oublié
Qu’il va aussi boire et manger
À la télé, il voit ces températures
Ici, elles explosent, c’est sûr
Il aimerait tant lui aussi
Se rafraîchir dans un parc la nuit
Mais, la prison reste son tombeau
Où seul le ciel est libre et beau

Elle court dans les étages
L’ascenseur est encore en panne
Sa blouse lui colle à la peau
Des gouttes suintent dans son dos
L’hôpital comme une ruche la happe
Sur un brancard, une main l’attrape
Elle s’arrête pour s’en occuper
De l’eau pour ses doigts ridés
Tant pis, voler un peu de temps
Pour parler, rassurer gentiment
Elles sont deux pour cent malades
Car la canicule fait des ravages
Elle battra la fatigue cette nuit
Comme cette chaleur qui l’écrase aussi

 

 

 

Photo de Cécile Langlois

 

Publicités